AISLF

Appels à communications

Mégalopoles, métropoles, villes à la campagne, villes décroissantes : quels imaginaires pour la ville de demain ?

17 mai 2021

Cette 4e édition du colloque international ICHT Imaginer : Construire et Habiter la Terre se tiendra à Saint-Etienne en octobre 2021. Elle vise à poursuivre et approfondir les questionnements, thèmes, enseignements des trois précédentes éditions autour de la question des imaginaires associés à l’urbain et leurs places dans l’habiter.

Date limite de soumission des propositions : 17 mai 2021

Thématique
« Réveiller les imaginaires » associés à l’urbain aux prismes des transitions, enjeux, dynamiques et paradigmes du XXIe siècle, reviendra à :

  • Caractériser ce que sont ces formes immatérielles et matérielles nommées ici imaginaires ;
  • Identifier ce que ces mêmes imaginaires produisent comme manières de ressentir notre environnement urbain et comment l’imagination cadre, guide et rend possible cette expérience ;
  • Analyser ce que le registre de l’imaginaire produit comme ancrages, aspirations, projections ou encore utopies pour les individus, groupes et sociétés ;
  • Cerner comment les pratiques individuelles et collectives, hégémoniques et non hégémoniques, dans leur diversité, produisent de nouveaux imaginaires et/ou enrichissent ceux existants.

Pour atteindre ces objectifs, trois axes sont proposés. Les réflexions pourront s’inscrire dans l’un d’eux, au croisement de certains ou même s’en affranchir :

  • Axe 1 : IMAGINAIRES ET PRATIQUES DE L’URBAIN CONTEMPORAIN
  • Axe2 : L’IMAGINAIRE FACE AUX ENJEUX ET TRANSITIONS DU XXI EME SIECLE
  • AXE 3 : ART(S), VILLE, IMAGINAIRES ET IMAGINATION

Voir l’appel complet

Modalités de soumission des propositions
Les contributions, orientées sur des approches théoriques, méthodologiques, pratiques, des retours d’expériences ou encore plus exploratoires pourront prendre différents formats, de la communication à une table ronde (interventions courtes), d’un poster à la présentation d’un film, d’un atelier in situ ou d’une performance.

Elles seront composées d’un résumé court selon ce modèle et pourront être proposées en français, portugais, anglais ou espagnol. Pour accéder à ce modèle ainsi qu’à l’onglet des dépôts, un compte sciencesconf.org est nécessaire.

Pour créer un compte : https://www.sciencesconf.org/user/c...

Les propositions sont à envoyer selon les instructions disponibles sur le site https://urbanimaginary.sciencesconf... avant le 17/05/2021.

Appels à communications

Transformations des activités et des métiers du secteur social - Travail des frontières dans l’intervention sociale et la recherche

14 juin 2021

Cet appel à communication s’adresse aux « acteurs de la connaissance » des « métiers » de l’intervention sociale : intervenants sociaux et encadrants, formateurs et enseignants, étudiants du niveau bachelor au niveau doctorat, chercheurs, etc, dans le cadre d’un colloque international organisé par le GIS HYBRIDA-IS et qui se tiendra à ASKORIA - site de Rennes, les 18, 19 et 20 mai 2022.

Date limite de soumission des propositions : 14 juin 2021 12h

Thématique
La problématique du colloque prend pour fondement d’une part le projet scientifique du GIS Hybrida-IS concernant l’étude des activités et des métiers de l’intervention sociale2 notamment sous l’angle de leurs évolutions, d’autre part un questionnement identifié à la suite d’un séminaire organisé par le GIS en octobre 2018. Ce séminaire avait rassemblé les membres du GIS afin de partager ensemble leurs objets de recherche.

A l’issue des travaux, des questions phares avaient été soulevées : Que deviennent les métiers du social dans leurs évolutions ? Quelle autonomie et quel contrôle les métiers du secteur social connaissent-ils ? Qui sont les professionnels et les acteurs du secteur ? Quelles configurations entourent les métiers du social entre unité et hétérogénéité ? Quelle analyse des activités peut être produite ?

Une dernière question, plus inhabituelle, apparaît, celle du « travail des frontières » pour l’intervention sociale et la recherche. Elle permet d’approcher les questions de territoires, de temporalités, d’espaces, de rythme dans l’évolution des métiers, mais également la problématique du brouillage, des porosités et de l’éclatement de frontières (entre activités professionnelles et de recherche mais aussi entre activités relevant du social et d’autres secteurs : santé, travail, éducation, justice, culture, etc.).

Ce colloque aura pour objet d’éclairer ce questionnement de départ à l’aune de cinq axes thématiques d’actualité, suffisamment larges mais néanmoins spécifiques et entendus comme analyseurs des évolutions en cours pour les métiers du secteur social :

  1. Une approche par les évolutions des questions sociales ;
  2. Une approche par le travail et ses organisations ;
  3. Une approche par la formation ;
  4. Une approche par l’intervention sociale et ses paradigmes contemporains ;
  5. Une approche par les politiques publiques.

Voir l’appel complet

Modalités de soumission des propositions
Les communications proposées pourront se présenter classiquement sous une forme orale mais également sous la forme de posters. Les symposia pourront comporter 3 ou 6 communications.

Les propositions de communication ne devront pas dépasser 6000 signes, espaces compris, et comprendront obligatoirement une bibliographie minimale. Elles devront être déposées sur le site Sciencesconf via le lien : https://hybrida-2022.sciencesconf.org entre le 3 mai et le 14 juin à 12h, date et heure limites impératives.

Appels à communications

L’éthique dans les recherches en terrains sensibles : enjeux épistémologiques et pratiques

15 juin 2021

Un colloque international intitulé « L’éthique dans les recherches en terrains sensibles : enjeux épistémologiques et pratiques » se tiendra les 2 et 3 décembre 2021 au Campus Condorcet à Aubervilliers (Paris, France). Des présentations en ligne sont envisagées pour permettre la participation d’intervenant·es ne pouvant pas se déplacer, au cas où les conditions sanitaires le nécessiteraient.

Date limite de soumission des propositions : 15 juin 2021

Thématique
L’éthique, définie comme une « démarche réflexive sur les valeurs et les finalités de la recherche scientifique » (Coutellec, 2019), est une dimension constitutive de la pratique de la recherche. Toutefois, son appréhension et sa gestion ne sont pas consensuelles : les dispositions juridiques et les pratiques effectives varient selon les pays, les institutions, les universités et les disciplines. La formalisation de l’éthique en recherche s’est initialement développée aux Etats-Unis dans le cadre d’expérimentations biomédicales dans les années 1970 (Grady, 2015 ; Larouche, 2019) ; la recherche européenne s’est pour sa part saisie relativement tardivement de ces questions (McKenzie, 2019). Le Règlement Général à la Protection des Données (RGPD), mis en application en 2018, est la première initiative européenne de développement d’un code de protection des données, et malgré plusieurs tentatives, de nombreux pays n’ont pas encore élaboré à l’échelle nationale de réglementation ou de code éthique et déontologique de la recherche (Béliard, Eideliman, 2008 ; Bosa, 2008 ; Clair, 2016). Les questions d’éthique, en dehors de sujets de recherche liés à la santé et/ou à des thématiques considérées comme sensibles par des organismes comme la CNIL1 (i.e. origine ethno-raciale, appartenances politiques et/ou religieuses, sexualité et santé) ont été peu investies d’autant plus de manière collective, par les chercheur·ses, universitaires ou praticien·nes.

L’objectif de ce colloque est donc de faire un état des lieux de la manière dont est prise en compte la question éthique en terrains sensibles et des enjeux qu’elle soulève pour les personnes enquêtées, les acteur·rices de terrain et les chercheur·ses dans le contexte contemporain : comment articuler les enjeux éthiques relatifs aux terrains sensibles avec le cadre légal, les postures épistémologiques et la pratique de recherche ? Une attention particulière sera accordée aux rapports de domination (genre, âge, sexualité, classe, race, etc.). Ces réflexions réuniront des expériences issues de différentes disciplines (sociologie, démographie, science politique, sciences du développement, anthropologie, histoire, psychologie, épidémiologie ou droit), mais également de différents pays, dans la mesure où l’encadrement de la recherche varie et où les questions se posent différemment selon les contextes locaux. Ces enjeux concernent non seulement le recueil de matériaux mais aussi l’ensemble du processus de recherche (conception de l’enquête, positionnement théorique, terrain, rédaction et restitution). Les communications pourront s’appuyer sur des données tant qualitatives que quantitatives, ou sur une articulation des méthodes.

  1. Axe 1 : Réglementations des pratiques
  2. Axe 2 : Le positionnement du/de la chercheur·se en terrains sensibles
  3. Axe 3 : Les effets de la recherche en terrains sensibles sur le/la chercheur·se
  4. Axe 4 : Penser l’impact de la recherche sur les personnes enquêtées en terrains sensibles

Voir l’appel complet

Modalités de soumission des propositions
Le présent appel souhaite recueillir des propositions de communications en français ou en anglais. Il s’adresse donc aux chercheur·ses, aux professionnel·les et aux militant·es, dont les activités sont relatives à des terrains sensibles et soulèvent des questions éthiques.

Les propositions de communications de 3000 à 5000 signes maximum (espaces compris) comprendront titre, résumé et principales références bibliographiques, ainsi qu’une courte présentation de l’auteur·e (statut, discipline, rattachement institutionnel). Si la proposition s’inscrit dans un ou plusieurs axes ci-dessus (liste non exhaustive), il devra figurer sur la proposition. Une fois réceptionnées, les propositions seront envoyées anonymement aux membres du comité scientifique.

Les propositions doivent être envoyées avant le 15 juin 2021, à l’adresse suivante : terrainssensibles2021@gmail.com.

Appels à communications

Enquêter sur la subjectivation politique : théories, méthodes, matériaux

15 septembre 2021

Ce colloque, qui se tiendra à l’Université de Paris les 17 et 18 mars 2022, souhaite mettre le concept de subjectivation politique à l’épreuve de la réalité sociale, en réunissant les enquêtes de terrain, les recherches historiques, les observations ethnographiques qui s’en sont emparées dans les dix dernières années : il vise donc à réunir les recherches et, en particulier, les recherches les plus récentes qui, familières de ce concept, l’ont reformulé pour en faire une hypothèse d’analyse des processus concrets. Il s’adresse aux politistes, sociologues, anthropologues, ethnologues et historien.ne.s, ainsi qu’à toutes celles et ceux qui travaillent à partir d’un matériau où s’est inscrite l’expérience subjective et vécue du politique.

Date limite de soumission des propositions : 15 septembre 2021

Thématique
Le concept de subjectivation politique, élaboré au sein de la philosophie politique critique (Arendt, Foucault, Deleuze et Guattari, Abensour, Rancière, Laclau, Butler, Žižek, Balibar, Tassin), trouve sa raison d’être dans une interrogation plus générale sur les modes de constitution du sujet politique. Dans le prolongement du marxisme, il s’est souvent agi pour ces différent.e.s auteur.e.s, d’ouvrir la « boîte noire » du sujet révolutionnaire ou démocratique, pour montrer qu’il se constitue en tant que tel dans l’action politique, le soulèvement, la revendication, et qu’il n’est pas une simple « conséquence mécanique » de la structure des rapports de production capitalistes. Cette interrogation au sein du marxisme n’a pas été réservée à la philosophie politique : elle a été menée en parallèle (et parfois d’abord) par les historien.ne.s de la politique subalterne (comme E. P. Thompson) et, à leur suite, par les anthropologues des rapports de domination, comme J. Scott (Scott, 2019) ou P. Chatterjee (2009) : tous ont montré combien la subjectivation politique se produit au cœur même des luttes sociales, en articulant l’individuel et le collectif. C’est en s’appuyant sur la notion d’expérience que ces recherches empiriques ont permis de déplacer l’ancien questionnement marxiste : « à travers la catégorie d’« expérience », notait E.P. Thompson, la structure se mue en processus et le sujet entre à nouveau dans l’histoire » (E.P. Thompson, 2015, p. 316). Mais la notion de subjectivation a également connu des élaborations significatives hors des sphères académiques, notamment dans les milieux des militantismes féministe, lesbien ou gay et queer - avant souvent de faire retour dans le champ universitaire.

Malgré la vitalité de ces réflexions, les interrogations se sont souvent déployées dans un cadre trop abstrait pour les sciences sociales (Tarragoni, 2016). Le concept de subjectivation politique est majoritairement resté l’apanage d’une réflexion théorique conduite sous l’égide de la philosophie néomarxiste ou post-marxiste, ainsi que de la psychanalyse. Ce colloque entend contribuer à l’effort collectif visant à rapatrier ce concept dans les sciences sociales, en se posant la question de ce qu’il permet d’observer concrètement, en s’interrogeant sur les méthodes les plus adaptées pour l’appréhender, à partir de l’ensemble des travaux empiriques qui s’en saisissent dans une diversité de perspectives (pragmatistes, phénoménologiques, féministes, décoloniales ou post-coloniales, intersectionnelles, psychanalytiques etc.).
[...]

Sans entendre limiter les formes du questionnement, ce colloque aura vocation à susciter des contributions empiriques principalement au sein de quatre axes :

  1. Les pratiques sociales de la subjectivation
  2. La temporalité du processus de subjectivation
  3. Les supports des processus de subjectivation
  4. Subjectivations intersectionnelles

Voir l’appel complet

Modalités de soumission des propositions
Les propositions de contribution se composeront de +/- 8000 signes et sont à envoyer à subjectivationspolitiques@mailo.com avant le 15/09/2021.

AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2021 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF