AISLF

Appels à contributions

Émulations, « Aux frontières de la parenté ».

1er novembre 2018

Le groupe de recherche Engendrement, Corps, Relations (EnCoRe) lance un appel à contribution dans le cadre de sa coordination d’un numéro thématique de la revue Émulations intitulé « Aux frontières de la parenté » qui paraîtra en février 2020 aux Presses universitaires de Louvin.

Date limite de soumission : 1er novembre 2018

Thématique
Des individus pré-humains, pas encore dotés de langage, forment un groupe dénué d’institutions sociales mais doué d’une capacité d’intention collective. Ils construisent une muraille dans le but de dresser une barrière physique empêchant quiconque de passer ailleurs que par la porte. Dans cette fable sur la naturalisation de l’acte d’instituer imaginée par John Searle , la construction de la muraille fait émerger la notion de frontière, institution traçant la ligne entre eux et nous, entre un en dehors et un en dedans. Envisagée à la fois comme un outil de délimitation spatiale et comme une ressource pour la construction d’identités par les géographes , la frontière et plus largement les processus de séparation et de catégorisation intéressent les sciences humaines et sociales depuis la philosophie classique. L’organisation des sociétés et de leurs limites internes sont au centre des préoccupations des ethnologues depuis la naissance de la discipline dans laquelle la parenté constitue un élément fondamental . À cet égard les marges ont fait l’objet d’une attention particulière, notamment en lien avec le cycle de la vie, les rites et les pratiques de parenté qui le ponctuent.
Entre temps, Mary Douglas, à partir d’une réflexion sur les classifications et plus particulièrement sur la notion de saleté , explore le concept de marges ou confins. Elle les définit comme des espaces d’incertitude situés à la fois aux frontières extérieures et intérieures de l’ordre social, ni tout à fait en dedans, ni tout à fait en dehors, correspondant plutôt à des continuums. Elle applique notamment ce concept aux catégories de « dangereux » et de « sale ». Ainsi, les éléments ou situations qui n’entrent pas dans l’ordre social, que l’on veut repousser à la marge , se situent aux confins. Plus récemment, Manon Vialle décrit comme une zone grise les situations échappant à une polarité conceptuelle, comme c’est le cas de l’infertilité chez les femmes de plus de 40 ans : en pratique, la situation de ces femmes échappe à l’opposition entre infertilité « normale » et infertilité « pathologique » qui est à la base de la définition légale régissant l’accès à l’assistance médicale à la procréation en France.
Des parents perdent leur enfant avant sa naissance ; bien que celui-ci ne puisse être légalement considéré comme une personne juridique, il est inscrit sur le livret de famille. Des enfants grandissent ensemble au sein d’une famille recomposée sans être issus des mêmes parents. Un enfant naît dans une famille et grandit dans une autre.
Naissance, mort, procréation, enfantement, don de gamètes ou de gestation, interdit de l’inceste… les limites et les pratiques de ce qui fait famille et la manière dont elles interrogent la notion de personne feront l’objet de ce numéro thématique. Sa constitution poursuit un double objectif. Il s’agit d’abord de regrouper des contributions traitant des limites de la parenté et des frontières de la personne afin d’établir un corpus s’attachant spécifiquement à des zones d’incertitudes et/ou de transition, et d’examiner comment ces notions peuvent encore servir à la recherche aujourd’hui. La constitution de ce numéro thématique aura pour vocation de proposer une introduction à ce travail. Dans cet objectif et tout en restant ouvertes à d’autres suggestions, nous proposons trois axes dans lesquels pourront s’inscrire les propositions :

  1. La parenté et ses normes
  2. La parenté à l’épreuve des technologies
  3. Parenté et frontières de la personne

Modalités de soumission

Les propositions de contribution d’environ 1 000 mots, ainsi qu’une notice biographique comprenant la discipline et le statut professionnel de chaque (co-)auteur·e de l’article sont à envoyer aux adresses suivantes avec en en-tête de l’objet le libellé [émulations] : groupe.recherche.encore et redac pour le 1er novembre 2018 au plus tard. Les propositions feront l’objet d’une évaluation anonyme. Les contributions définitives (de 25 000 à 30 000 caractères, espaces compris) devront être déposées, au plus tard, le 1er février 2019 pour une publication en février 2020.

Télécharger l’appel complet


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2021 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF