AISLF

Appels à contributions

Gérontologie et société, « La maltraitance envers les aînés : Définitions, action publique et expériences des acteurs »

1er juin 2021

Pour le numéro 168, coordonné par Marie Beaulieu et Françoise Le Borgne-Uguen, à paraître en juin 2022, la revue Gérontologie et société lance un appel à contribution sur le thème : « La maltraitance envers les aînés : Définitions, action publique et expériences des acteurs »

Date limite de soumission des propositions : 1er juin 2021

Thématique
Cet appel à textes, ouvert à des auteurs de divers pays et États du monde, s’appuie sur trois constats :
- a) la double absence de définition consensuelle et de mesure étalon (Yon et al., 2017) de la maltraitance qui découle en partie de la multitude des disciplines et des champs de pratiques concernés (droit, éthique, gérontologie, médecine, sciences infirmières, sciences politiques, sociologie, travail social, sciences de gestion et du management,...) ;
- b) la latitude des pays et États dans l’élaboration des politiques publiques et des dispositifs pour contrer la maltraitance, ce qui conduit à des approches ancrées historiquement et culturellement, donc difficilement comparables ;
- c) l’importance pour définir et comprendre le phénomène de tenir compte de la pluralité des acteurs sociaux, en mettant en avant l’expérience des aînés ayant vécu de la maltraitance, les associations d’aînés et de défense de droits qui portent cette cause, des proches ayant observé ou contribué à de la maltraitance, des bénévoles ou des intervenants contribuant à la maltraitance ou au développement, à l’implantation ou ayant eu recours aux dispositifs existants.

Trois axes composent cet appel à articles
- Axe 1 : Construction et déconstruction du concept de maltraitance envers les personnes aînées
Un premier ensemble d’articles traitera des définitions de la maltraitance envers les personnes aînées. De nombreux débats conceptuels sont encore à éclaircir puisque le concept de maltraitance n’a pas fait l’objet d’une critique rigoureuse (Harbison, 2016). Georgia Anetzberger (2018) identifie plusieurs approches pouvant être conjuguées pour poser le problème de la maltraitance envers les personnes aînées : problème social, santé publique, syndrome gériatrique, crime, violation des droits, violence familiale ou intraconjugale, lobby aîné. En somme, la maltraitance constitue à la fois un problème qui présente des dimensions interpersonnelles, sociales, juridiques, de santé, de relations institutionnelles et politiques et de citoyenneté. Chacune de ces approches va mener à une définition singulière de la maltraitance.
- Axe 2 : Politiques publiques et dispositifs nationaux de lutte contre la maltraitance
Près de deux décennies après l’adoption du Plan de Madrid par l’ONU, divers acteurs, dont l’Experte indépendante de l’ONU, constatent une diversité d’approches et de dispositifs mis en place qui reposent sur des degrés hétérogènes d’engagements publics. Chaque pays ou État élabore une réponse singulière face à la maltraitance envers les personnes aînées, ce qui suscite des interrogations sur l’émergence, le développement, l’implantation et l’évaluation de ces politiques et de ces dispositifs publics de lutte. Faut-il légiférer ou, autrement dit, quelle est la place des lois et règlements dans la lutte contre la maltraitance ? Y a-t-il eu des événements qui ont été des moments décisifs et ont accéléré la mise en place de politiques ou de dispositifs de lutte ? Quels sont les contenus des politiques publiques en vigueur (orientations, financement, lois ou règlements, médiations) et en quoi ces politiques façonnent-elles l’organisation des services ? Quels sont les publics auxquels elles sont destinées ? Désignent-elles des personnes aînées particulières à protéger : l’ensemble d’entre elles ou seules celles dites vulnérables ? Les politiques publiques permettent-elles de rendre compte aussi bien de la maltraitance à domicile et de la maltraitance dans les divers milieux de vie collectifs, notamment les établissements d’hébergement et de soins de longue durée ? Comment les orientations des politiques publiques et les pratiques qui en découlent sont-elles évaluées ?
- Axe 3 : Un retour sur les expériences et les interventions en situation de maltraitance
Une troisième dimension de la question de la maltraitance envers les personnes aînées porte sur les expériences de la maltraitance envisagées comme un moyen de croiser les savoirs, voire de saisir les controverses présentes. À la suite de dispositions légales, réglementaires, un certain nombre d’initiatives ont été mises en place dans différents contextes organisationnels. Si elles auront été décrites par les textes contribuant à l’axe 2, les contributions réunies dans l’axe 3 mettront en évidence les analyses de ces expériences, leurs effets sur les acteurs impliqués et les organisations concernées par la maltraitance (aînés, proches, représentants des aînés, professionnels du droit, de la santé, de l’action sociale, élus, militants, bénévoles, comités des usagers, etc.). Chercheurs et acteurs sont invités à s’exprimer, à partager leur expérience, à proposer des pistes pour enrichir les pratiques et politiques tant de prévention, de repérage que d’intervention directe dans les situations de maltraitance.

Modalités de soumission des propositions
Les propositions attendues pourront provenir de toute discipline et de toute approche théorique. Les contributions étrangères ou dans une logique comparatiste sont les bienvenues. Les débats, controverses, ainsi que des contributions visant à rendre compte d’expérimentations réalisées et/ou à venir sont également attendus et pourront alimenter les rubriques « Perspectives et retours d’expériences » de la revue et quelques « Libre propos ».
Les contributions peuvent être soumises en français ou en anglais. Seuls les articles en français seront inclus dans la revue papier. Les articles en anglais figureront dans le sommaire et leurs résumés seront intégrés dans la version papier ; ils seront en accès en version électronique sur Cairn.

Les propositions d’article complet, en français ou en anglais (40 000 signes, espaces compris) accompagnées d’un titre et d’un résumé (250 mots maximum) sont attendues pour le 1er juin 2021 et doivent être envoyées à cette adresse.
Le comité de rédaction informe les auteurs de l’acceptation ou du refus de la proposition pour entrer dans le processus éditorial dans l’une des trois rubriques de la revue (« Articles originaux », « Perspectives et retours d’expériences », « Libres propos »). Les soumissions dans les rubriques « Articles originaux » et « Perspectives et retours d’expériences » sont ensuite expertisés en double aveugle par des relecteurs externes ; les articles proposés en « Libre propos » sont évalués par le comité de rédaction.
Les soumissions d’articles doivent impérativement s’inscrire dans l’une des trois rubriques de la revue et mentionner ce choix en première page.
Pour plus d’informations sur les rubriques, le processus éditorial et les grilles d’évaluation, merci de se référer au site de la revue.

Voir les consignes aux auteurs
Voir l’appel complet.


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2020 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF | Visiteurs connectés : 1