AISLF

Appels à communications

Les animaux en ethnographie : quelles méthodes d’enquête, quelles postures éthiques ?

30 avril 2019

La Société d’Ethnologie Française organise un colloque qui se tiendra les 21 et 22 novembre 2019 au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris et lance à cette occasion un appel à communication sur le thème « Les animaux en ethnographie : quelles méthodes d’enquête, quelles postures éthiques ? »

Date limite de soumission : 30 avril 2019

Thématique

La prise en compte des animaux dans les sciences humaines et sociales a longtemps fait figure de contre-sens tant, dans « l’ontologie naturaliste » occidentale (Descola, 2005), la frontière entre nature et culture semblait étanche. Si les animaux sont « présents » en anthropologie dès les origines de la discipline, c’est principalement dans une perspective anthropocentrée qu’ils ont été envisagés, en tant que partenaires, ressources, outils ou attributs permettant de caractériser les cultures humaines (Manceron, 2016). Pourtant, l’évolution des relations entre humain.e.s et animaux, marquées par « l’ambivalence » (Burton-Jeangros, Gouabault, 2002), a progressivement entraîné une renégociation des frontières entre les deux catégories (Despret, 2012 ; Dubied, Gerber, Fall, 2012 ; Camos et al., 2009). De même, le « tournant animal » (Delon, 2015) auquel on assiste dans une partie du monde académique conduit à de nouvelles façons de se saisir des animaux et de leurs relations avec les humain.e.s (Laugrand, Cros, Bondaz, 2015). Dans leur introduction à un récent numéro de la revue Lectures anthropologiques consacré aux animaux, Vincent Leblan et Mélanie Roustan observent ainsi qu’ « un changement de contexte intellectuel, scientifique et moral semble avoir modifié le centre de gravité de la place de l’homme sur terre et, avec lui, l’équilibre de ses relations aux animaux » (Leblan, Roustan, 2017 : 1).
Dans ce contexte se développent, en sociologie et en anthropologie, des recherches visant à analyser les relations anthropozoologiques (Bekoff, 2007 ; Michalon, Doré, Mondémé, 2016) au sein de « communautés hybrides » (Lestel, 2001, 2008), en s’attachant à décrire aussi bien les comportements des humain.e.s que ceux des animaux dans les interactions entre les deux groupes (voir notamment Piette, 2002 ; Mondémé, 2013 ; Vicart, 2014 ; Marchina, 2015, Leblan, 2017). En d’autres termes, ces travaux, dont certains sont fondés sur des enquêtes ethnographiques multi-espèces (Hurn, 2019 ; Smart, 2014 ; Kirksey, Helmreich, 2010), ne se contentent pas d’appréhender les animaux comme des « objets modelés par les sociétés humaines » mais analysent « leur part active dans les dynamiques sociales » (Michalon, 2018). Par ailleurs, si l’étude des comportements animaux relève traditionnellement de l’éthologie, des chercheur.e.s en sciences humaines et sociales s’en emparent à leur tour et réfléchissent aux façons d’articuler les méthodes de l’enquête ethnographique avec celles de l’éthologie dans cet objectif (Latour, Strum, 1986 ; Joulian, 2000 ; Kohler, 2012 ; Lescureux, 2006 ; Lestel, Brunois, Gaunet, 2006 ; Guillo, 2009 ; Servais, 2012, 2016 ; Louchart, 2017).

Modalités de soumission

Les propositions, d’un volume d’approximativement 5000 signes, devront être rédigées en français ou en anglais et envoyées le 30 avril 2019 au plus tard à Lucie Nayak et K. Lennes.

Appel complet à télécharger


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 8.0 | © 2013-2021 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF