AISLF

Appels à communications

Les formes contemporaines de l’emprise : travail, organisation, management et marché

30 avril 2019

L’Université de Mons en Belgique (UMons), organise un colloque les 12 et 13 septembre 2019 et lance pour cette occasion un appel à communication sur le thème « Les formes contemporaines de l’emprise : travail, organisation, management et marché »

Date limite de soumission : 30 avril 2019

L’emprise de l’organisation, coécrit par Max Pagès, Michel Bonetti, Vincent de Gaulejac et Daniel Descendre, paraît en 1979 aux Presses universitaires de France. Les auteurs s’y livrent à une description fine et innovante des mécanismes de pouvoir à l’oeuvre au sein de TLTX, sans doute la plus puissante des multinationales de l’époque. TLTX est alors au faîte de sa gloire, de sa splendeur. Elle est qualifiée d’entreprise hypermoderne par les auteurs du livre. Par rapport aux organisations « modernes », classiquement étudiées dans le champ des sciences humaines, elle se singularise entre autres par l’usage de dispositifs de gestion, qui se révèleront au coeur de la révolution managériale entamée dans les années 1980. Sur cet aspect, comme sur beaucoup d’autres, elle fait partie de l’avant-garde du système capitaliste.
En quarante ans, les recherches ont montré la persistance mais aussi le développement et la diffusion de cette forme particulière d’exercice du pouvoir et de la domination, bien au-delà de l’entreprise multinationale qu’était et est toujours TLTX. Ainsi, actuellement, le discours managérial utilise communément les notions d’autonomie, de responsabilité ou encore d’implication pour mobiliser les « talents » à l’oeuvre dans le secteur privé mais aussi dans le secteur public et, parfois même, dans le tiers secteur. Tout porte donc à penser que l’emprise reste une réalité très présente et vivace dont, plus que jamais, il convient de comprendre les ressorts.
Dans le même temps, le monde des organisations a profondément changé du fait notamment de la financiarisation, de la globalisation et de la digitalisation de l’économie.
Les propositions de communication s’inscriront explicitement dans un des deux axes suivants :

  • Axe 1 – Les formes contemporaines d’emprise dans le champ du travail, des organisations, du management ou des marchés.
  • Axe 2 – Les formes de résistance, de dégagement ou de réplique face aux situations d’emprise.

Modalités de soumission

Les propositions de communication, d’un maximum de 2.500 signes (espaces compris), doivent s’inscrire dans l’un des deux axes. Elles doivent être accompagnées d’une bibliographie d’un maximum 2.000 signes (espaces compris) et d’une présentation des auteurs (300 signes) et devront être transmises avant le 30 avril 2019 à cette adresse

Appel complet à télécharger


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2020 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF | Visiteurs connectés : 2