AISLF

Appels à communications

Perspectives sur la socialisation à l’école maternelle

25 mars 2019

L’Association française de Sociologie (AFS), le Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES), le Centre de Recherche sur l’Éducation les Apprentissages et la Didactique EA n°3875 (CREAD), le Centre Interdisciplinaire de Recherche « Culture, Éducation, Formation, Travail » (CIRCEFT), et le GRoupe de Recherches Sociologique sur les Sociétés COntemporaines (GRESCO), organisent deux journées d’études les 18 et 19 juin 2019 à Saint-denis, et, lancent à cette occasion un appel à communication sur le thème « Perspectives sur la socialisation à l’école maternelle ».

Date limite de soumission : 25 mars 2019

Ces deux journées visent à dresser un état des lieux de la recherche actuelle sur l’école maternelle, tout en contribuant plus largement à la réflexion sur la socialisation enfantine. Elles se dérouleront les 18-19 juin 2018 à l’Université Paris 8.

Thématique

Dans les années 1970 et 1980, une série de travaux fondateurs ont jeté les bases d’une analyse sociologique de l’école maternelle française . Ils mettent notamment en évidence qu’au cours du XIXe siècle, la petite enfance s’avère de plus en plus conçue comme éducable moralement et intellectuellement, amenant des adaptations pédagogiques à un public désormais perçu comme spécifique. Garnier y voit une logique de « scolarisation », lisible dans les évolutions administratives, institutionnelles et curriculaires , logique qui n’est pas sans lien avec le fait que la tranche d’âge 3-6 ans est entièrement scolarisée au milieu des années 1990. Dans un registre plus philosophique, Brougère étudie le tropisme scolaire de l’école maternelle française.

Joigneaux analyse la manière dont les modulations les plus récentes de la forme scolaire à l’école maternelle participent à ces processus différenciateurs aussi bien dans les curricula, que les dispositifs, les supports ou les interactions qui se nouent dans les classes. Prenant acte que la socialisation primaire se complexifie au sein de configurations plurielles où les instances de socialisation se multiplient, ces travaux cherchent ainsi à étudier comment les jeunes enfants se construisent à l’articulation d’une pluralité de processus de socialisation. Parfois opposées, ces différentes approches de l’enfance peuvent s’avérer complémentaires et précieuses pour enrichir les recherches portant sur l’école maternelle dans la mesure où elles peuvent permettre de mieux comprendre comment les activités propres des jeunes enfants se développent à la croisée de déterminations culturelles qui leur sont nécessairement antérieures et donc extérieures . Il y a donc lieu d’étudier la socialisation enfantine en maternelle tant du côté des visées socialisatrices de cette institution et des agents qui les mettent en œuvre que de celui de l’activité et du développement des enfants, quelles que soient les manières dont on conçoit conceptuellement cette articulation et donc le processus de socialisation.

Ce rapide retour sur une cinquantaine d’années de recherches sur l’école maternelle, fait apparaître la richesse des résultats produits et la diversité des perspectives. Si la sociologie joue un rôle évident dans la compréhension des socialisations enfantines en maternelle, ces journées souhaitent également mettre en lumière les recherches les plus récentes sur l’école maternelle dans une approche pluridisciplinaire . Elles ambitionnent également de penser les débats qui animent les recherches relatives à ce premier palier du système scolaire pour saisir les conceptions de l’enfant, de l’école et des processus de socialisation qui les sous-tendent. Pour ce faire les communications proposées pourront s’inscrire dans différents axes :

  • Axe 1 - Quelles évolutions de l’école maternelle ? Quelles incidences sur les inégalités ?
  • Axe 2 – Quelle “autonomie”, quelle “agency” de l’enfant à l’école maternelle ?
  • Axe 3 – Les définitions sociales de l’enfant en maternelle et ailleurs
  • Axe 4 – L’école maternelle : une école spécifique ?

Modalités de soumission

Les propositions de communications de 5 000 signes maximum, devront être envoyées avant le 25 mars aux adresses de Christophe Joigneaux, Ghislain Leroy et Richard Bossez.

Appel complet à télécharger



AISLF site version 7.0 | © 2013-2019 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF