AISLF

| |

Mercredi 8 avril 2020, 23h12

Source : https://www.aislf.org/spip.php?article3897


Sociologues et économistes face à la demande de savoirs : Participation et contournements

Maryse Bresson, Jean Cartier-Bresson et Monique Hirschhorn (dir.)

Maryse Bresson, Jean Cartier-Bresson et Monique Hirschhorn (dir.), Sociologues et économistes face à la demande de savoirs : Participation et contournements, Actes de la MSH Paris-Saclay, novembre 2019.

Issus de deux événements soutenus par la MSH Paris-Saclay, ce nouveau numéro des Actes publiés par la MSH met en avant des communications réalisées lors du Colloque international « Ce que la demande sociale fait aux sciences sociales » – (15-16/02/2018 ) et de la Journée d’études « Action collective et action publique » (20 avril 2017).

En dépit des doutes quant à l’utilité et ou la pertinence d’une partie des savoirs qu’ils produisent, les chercheurs en sciences sociales sont confrontés à une demande plurielle. D’abord celle des pouvoirs publics qui, afin d’éclairer l’action publique, mettent en place des instances comme, depuis les années 1980-1990, les programmes cadres de recherche et développement européens, des programmes nationaux comme ceux de l’Agence Nationale pour la recherche (ANR) en France, avec des objectifs aussi divers que de contribuer à l’innovation (industrielle, environnementale, sociale…), d’aider à répondre aux besoins sociaux (liés au vieillissement, au handicap, à la lutte contre la pauvreté) ou encore, de contribuer à des objectifs de compétitivité internationale, de mobilité, de développement territorial, de participation…. Ensuite, la demande du secteur privé, des associations, de groupes constitués. Enfin la demande, plus diffuse et relayée par les médias, des citoyens eux-mêmes, de décrire et d’expliquer des phénomènes sociaux, politiques et économiques. On peut y ajouter la demande interne, émanant des chercheurs, de leur désir d’arriver à saisir des phénomènes dont la signification leur échappe. Il s’agit donc d’une demande plurielle, et protéiforme de savoirs qui ne mobilise pas d’ailleurs seulement l’activité proprement dite de recherche, productrice de données et d’analyses mais fait souvent appel à l’évaluation, l’expertise, voire la vulgarisation.

Voir le sommaire et télécharger l’ouvrage en ligne

Maryse Bresson et Monique Hirschhorn sont membres de l’AISLF.


AISLF • Université Toulouse Jean Jaurès • 31058 Toulouse Cedex 9 • France
Secrétariat : aislf@aislf.org | +33 (0)2 53 00 93 09

| |