AISLF

| |

Mardi 26 octobre 2021, 20h08

Source : https://www.aislf.org/spip.php?article4013


« L’âme de la musique et les rythmes du monde »

30 juin 2020

Dans le cadre d’un ouvrage collectif publié dans la collection « Arts dans la mondialisation » aux Presses Universitaires de Rouen et du Havre, un appel à contributions est lancé sur le thème « L’âme de la musique et les rythmes du monde ».

Date limite de soumission des propositions : 30 juin 2020

Thématique
Fusionnant idée de flux temporel et principe vital immanent, la musique fait sans doute partie des universaux (Nietzsche ne disait-il pas que « sans la musique, la vie serait une erreur » ?). A ce titre, sensible en tous points, elle relève d’une activité philanthrope, autant culturelle qu’artistique. Certes, tautologiquement parlant, « la musique est l’art des sons », elle combine ainsi à l’envi fréquences et silences, notes et bruits, hauteurs et durées, nuances et timbres, gestes et souffles… De surcroit, au sein de notre société multiculturelle, elle est source de rassemblements bigarrés ou figure de représentation solipsiste. Cependant, en tout état de cause, en tant que vibrant symbole de communauté, elle peut être aussi vecteur messager et arme de revendication.
Dans ce sillage, à l’image non métaphorique de « l’âme du violon » qui est indispensable à la sonorité typifiée des Stradivarius d’antan, le thème L’âme de la musique et les rythmes du monde désire mettre en résonances les voies utopiques, philosophiques, esthétiques, spirituelles… les voix exotiques, folkloriques, populaires, savantes… avec les soubresauts identitaires, idéologiques, politiques, sociologiques, dogmatiques… des pratiques artistiques humaines.
En dehors de son aspect simplement plaisant ou primairement divertissant, l’art musical peut par exemple être révélateur de passions illuminées ou catalyseur d’agitations sociétales. A analyser paroles, musiques, danses… les articles tenteront de montrer en quoi le fondement théorique ou instinctif de l’offrande artistique (ce que Paul Valéry a pu nommer à sa manière « la différence des âmes ») est à même de refléter les pratiques archaïques ou les tendances progressistes du monde dans lequel nous vivons.
Aussi, saisir l’essence du Blues des Noirs américains ou traiter de la mélancolie des Saudades du Brésil… cerner l’esprit du Cante jondo des Andalous ou approcher le répertoire du Gospel afro-américain appelé à dessein Soul… montrer les tenants et les aboutissants de l’appropriation européenne de la musique des Japonais ou des Chinois et inversement… comprendre les pulsations et les utopies du rap, analyser la part d’influence française en territoires exogènes aussi bien que les apports des Autres dans le creuset hexagonal, observer le rôle de la musique pratiquée dans les camps de concentration ou considérer les paroles de révolte véhiculées par les protest songs de l’univers hippie… Tous ces points, aussi divers soient-ils, apportent quelques pistes supplémentaires à cette étude au large ambitus historique et géographique et à la portée autant musicologique que sociologique et anthropologique.

Modalités de soumission des propositions
Les propositions d’article sont à envoyer à Myriam Odile Blin et à Pierre Albert Castanet assortie d’un titre, d’un résumé de 10 lignes et d’une bibliographie basique, pour le 30 juin 2020.


AISLF • Université Toulouse Jean Jaurès • 31058 Toulouse Cedex 9 • France
Secrétariat : aislf@aislf.org | +33 (0)2 53 00 93 09

| |