AISLF
AISLF

La rubrique « Vient de paraître » annonce la publication de livres récents, dont les auteur·e·s sont membres de l'AISLF. À compter du 1er septembre 2018, cette rubrique est réservée aux adhérent·e·s à jour de cotisation (décision de Bureau de l'AISLF, novembre 2016).
Pour vérifier votre situation, rendez-vous dans l'Espace membres du site afin d'ouvrir votre compte personnel, si ce n'est déjà fait.

Vient de paraître

Frères de douleur - Récit d’un ethnologue en pèlerinage à Lourdes

Laurent Amiotte-Suchet

Laurent Amiotte-Suchet, Frères de douleur - Récit d’un ethnologue en pèlerinage à Lourdes, Neuchâtel, Éditions Livreo-Alphil, 2021

Que connaissent de Lourdes celles et ceux qui ne s’y sont jamais rendus ? Quelques images tout au plus : d’énormes basiliques aux architectures variées qui se chevauchent autour de la grotte des apparitions, des magasins de bondieuseries qui envahissent toute la ville, d’interminables files d’attente de malades en chaise roulante qui prient la Vierge Marie pour qu’elle soulage leur existence…

Au début des années 2000, l’auteur a choisi de participer à des pèlerinages à Lourdes pour mieux saisir, de l’intérieur, ce qui pouvait bien motiver ces hommes et ces femmes à effectuer un si long voyage pour réciter des chapelets devant une statue de pierre. Il a revêtu le costume des brancardiers et s’est impliqué dans une association diocésaine franc comtoise. Durant plusieurs années, il a côtoyé les pèlerins, accompagné les personnes malades, partagé la vie d’équipe des brancardiers et des hospitalières, assisté aux offices et aux réunions. Fidèle à la démarche ethnographique, il a consigné dans son journal de terrain tout ce qui lui était donné à voir et à entendre afin de mieux comprendre ce que vivent et partagent les pèlerins de Lourdes.

Voir chez l’éditeur

Laurent Amiotte-Suchet est membre de l’AISLF

Vient de paraître

Rétablir l’ordre : Peur, méfiance, haine des minorités culturelles et sexuelles

Denise Helly (dir.)

Denise Helly (dir.), Rétablir l’ordre : Peur, méfiance, haine des minorités culturelles et sexuelles, Québec, Les Classiques des sciences sociales, 2021

Au Canada, comme en Europe et aux États-Unis, s’exprime de manière démultipliée sur la toile et dans la rue, des formes de ressentiment social. Pratique religieuse, origines immigrée et autochtone, faciès non blanc, genre féminin, orientation sexuelle, identité sexuée et aussi appartenance aux élites sont des objets privilégiés de cette révolte.

L’introduction au volume retrace le contexte socio-historique récent de cette animosité qui anime des courants d’idées peu connus mais de très actifs au sein de la société canadienne. Une évolution que l’étude des formes de discrimination directe, indirecte et systémique révèle peu.

Une première partie présente des figures de l’hostilité aux minorités par des individus et des corpuscules fondamentalistes ou ultranationalistes canadiens. Elles montrent bigoterie, méfiance, ethnocentrisme, colère, rejet et violence.

Une seconde partie s’intéresse à la forme de cette hostilité régulée par le droit canadien, soit les propos et gestes haineux qui manifestent une peur et une aversion des minorités et une volonté de les humilier et de les exclure. Les failles administratives qui rendent la connaissance de ces actes peu précise et en réduisent les conséquences sociales aux yeux de l’opinion publique, sont décrites. Puis, un historique de la législation anti-haine et du rôle des minorités, notamment juive, musulmane et homosexuelle, dans cette évolution, clôture le volume.

Voir chez l’éditeur

Denise Helly est membre de l’AISLF

Vient de paraître

Un millénaire de cosmopolitismes féminins à Perpignan et à ses frontières : Des Saintes aux Prostituées

Raymond Sala, Alain Tarrius et Joan Becat

Raymond Sala, Alain Tarrius et Joan Becat, Un millénaire de cosmopolitismes féminins à Perpignan et à ses frontières : Des Saintes aux Prostituées, Paris, Éditions L’Harmattan, 2021

De l’an mille à nos jours des femmes sont « importées » du pourtour méditerranéen et des Balkans à Perpignan et ses territoires. Des religieuses, des Saintes, des Comtesses et des Reines, des femmes esclaves, échangées contre du safran, des étoffes, ont nourri ces cosmopolitismes tout au long de ce dernier millénaire, relayées depuis deux décennies par plus de 40 000 prostituées des mêmes origines sous l’emprise des mafias russo-ukrainienne et italiennes. Ces récentes implantations contribuent à l’apparition de prostitutions chez les adolescent-e-s perpignanais-e-s les plus fragiles, sous l’omerta des médias et des instances politiques départementales. Ces derniers phénomènes sont contemporains d’une redéfinition des rôles féminins internes à la grande Catalogne d’Espagne aux rapports de genre encore marqués par un patriarcat post-franquiste. Plus particulièrement ce combat est mené par des femmes andorranes, hors autorité des pouvoirs catalans et espagnols.

Voir chez l’éditeur

Alain Tarrius est membre de l’AISLF

Vient de paraître

Facteurs en Europe

Paul Bouffartigue, Jean Vandewattyne (dir.)

Paul Bouffartigue, Jean Vandewattyne (dir.), Facteurs en Europe, Toulouse, Octares Éditions, 2021

Comment les facteurs, cette figure professionnelle historiquement centrale et emblématique des postiers, sont-ils impliqués dans ces transformations ?
Comment leurs organisations syndicales s’efforcent-elles de répondre aux nombreux défis associés au déclin du courrier-lettre – notamment la dégradation de l’emploi et la rationalisation du travail de distribution – et à la montée du trafic des colis ?

Cinq équipes de chercheurs, chacune engagée sur un terrain national – la Belgique, la Bulgarie, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni – interrogent les résultats de leurs investigations dans une prospective comparative. Ils évaluent ainsi les convergences et les spécificités sociétales, au sein de l’Union européenne, des changements dans l’organisation et le contenu des activités postales, de leurs effets sur les relations professionnelles sectorielles et sur la vie de travail des facteurs.

Voir chez l’éditeur

Jean Vandewattyne est membre de l’AISLF

Vient de paraître

Le praticien, le patient et les artefacts. Genèse des mondes de la télémédecine

Alexandre Mathieu-Fritz

Alexandre Mathieu-Fritz, Le praticien, le patient et les artefacts. Genèse des mondes de la télémédecine, Paris, Éditions Presses des Mines, 2021

Soigner à distance, telle est la promesse de la télémédecine, soudainement devenue une réalité pour nombre de professionnels de santé lors de l’épidémie de Covid-19.

Jusqu’alors, sa mise en oeuvre paraissait difficile, voire entravée par des politiques sanitaires peu ambitieuses : il a fallu attendre septembre 2018 pour que les actes de téléconsultation soient remboursés par l’Assurance maladie. Ce lent développement de la télémédecine s’explique aussi par les bouleversements des pratiques professionnelles et de l’organisation des soins qui l’accompagnent. Pour beaucoup de praticiens, la télémédecine jouit, aujourd’hui encore, d’un statut fl ou et suscite des interrogations et des problèmes pratiques inédits qu’il importe d’élucider.

Ce livre propose une analyse sociologique unique du développement de la télémédecine depuis les années 2010, en adoptant le point de vue des professionnels de santé qui l’expérimentent. Alexandre Mathieu-Fritz s’appuie en particulier sur deux terrains d’enquête : un dispositif de télémédecine reliant un hôpital gériatrique à un centre hospitalier universitaire et un dispositif extrahospitalier de téléconsultation en santé mentale. Il lève le voile sur le déroulement des consultations à distance, lors desquelles les praticiens sont privés d’éléments cliniques cruciaux fondés habituellement sur le toucher, la vue rapprochée et l’audition fine. Ils doivent se confronter ainsi à des transformations profondes de leurs activités et de la relation thérapeutique, mais aussi de la dynamique de la coopération entre professionnels.

Voir chez l’éditeur

Alexandre Mathieu-Fritz est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

La connaissance au cœur du social

Nicole Ramognino, Ariane Richard-Bossez (dir.)

Nicole Ramognino, Ariane Richard-Bossez (dir.), La connaissance au cœur du social, Paris, Éditions L’Harmattan, 2021

Cet ouvrage est une contribution à la défense d’une sociologie générale. Il pose l’hypothèse que la connaissance (la cognition, l’épistémé... quelles que soient ses appellations diverses) est une entrée générale et transversale dans l’observation des phénomènes sociaux, puisqu’elle traverse toute activité sociale et tous les objets sociaux. Les travaux présentés abordent cette question sous un angle ontologique et empirique. Une première partie propose une enquête réflexive sur les catégories générales anthropologiques, qui posent l’existence d’objets ou d’êtres, sur la définition de la spatialité et ses frontières, et sur celle d’une temporalité plurielle dans laquelle s’inscrivent les êtres et les objets sociaux.

Voir chez l’éditeur

Nicole Ramognino et Ariane Richard-Bossez sont membres de l’AISLF.

Vient de paraître

Société et subjectivité. Transformations contemporaines

Daniel Mercure, Marie-Pierre Bourdages-Sylvain (dir.)

Daniel Mercure, Marie-Pierre Bourdages-Sylvain (dir.), Société et subjectivité. Transformations contemporaines, Québec, Presses de l’Université de Laval, 2021

Ce livre porte sur les formes contemporaines de subjectivité, à savoir les manières dont le sujet s’approprie le monde dans une société de plus en plus marquée par l’individualisation : un sujet devenu la valeur première de nos sociétés, qui se veut auteur de son histoire, et dont il convient de tracer la genèse aux fins de mieux circonscrire les assises de ses traits de caractérisation de même que ses visées d’action.

Quelles sont les formes contemporaines de manifestations sociales du sujet ? Quelles voies empruntent sa construction identitaire et comment celles-ci s’inscrivent-elles dans la reconfiguration en cours de ses modes d’action, d’agencement entre son espace public et privé, de ses rapports avec les nouvelles dynamiques institutionnelles, de ses formes de sociabilité, voire de son intimité ? Et aussi : quelles sont les différentes voies d’analyse sociale de la subjectivité ? Voilà autant de thèmes qui sont abordés dans ce livre.

Voir chez l’éditeur

Vient de paraître

La Tunisie en Pandémie. De la corruption à la solidarité

Houda Laroussi

Houda Laroussi, La Tunisie en Pandémie. De la corruption à la solidarité, Paris, Éditions L’Harmattan, 2021.

Cet essai montre que la pandémie que nous vivons actuellement est devenue un phénomène social qui imprime profondément les comportements individuels et collectifs et témoigne d’un virage sans précédent dans le cours des sociétés. Ce « coronavirage » constitue pour l’auteure l’occasion de se pencher sur la société tunisienne, appréhendée dans un nouveau cadre géopolitique marqué par un contexte de rivalités américano-chinoises et d’affaiblissement de l’Europe. La gestion de la pandémie révèle la permanence de la corruption politique et financière et la recrudescence du marché parallèle et des pratiques informelles. Dans cette perspective, l’auteure en appelle à un nouveau projet d’économie sociale et solidaire, qui prendrait place dans la construction d’un troisième secteur, en complémentarité avec le secteur public et le secteur privé, venant se substituer aux actuelles pratiques informelles et clandestines.

Voir chez l’éditeur

Vient de paraître

Journal de bord d’un transclasse. Récit d’une improbable traversée des classes sociales

Bernard Fusulier

Bernard Fusulier, Journal de bord d’un transclasse. Récit d’une improbable traversée des classes sociales, Waterloo, Paris, Editions La Boîte à Pandore, 2020.

Je m’appelle Burt Fashebergues. Je sais, c’est très moche. « Burt, berk ! », je l’ai souvent entendu dans la cour de récréation de l’école primaire. Burt est un chercheur à la carrière scientifique exemplaire à laquelle rien ne le prédisposait. Né d’un père ouvrier, violent et alcoolique, et d’une mère blanchisseuse qui servait son mari sans se plaindre, Burt a vécu son enfance dans une cité et, plus tard, une adolescence tumultueuse. Mais, a contrario de toute assignation à un destin, il s’extirpe de son milieu pour intégrer l’élite universitaire.

Raconté avec réalisme, tendresse et humour, ce livre est le récit d’une improbable traversée des classes sociales. Il conduit le lecteur à réfléchir aux conditionnements sociaux et aux ressorts sociologiques des « transclasses », ceux dont le parcours dans la société est inattendu. Comment un individu parvient-il à déjouer son destin social ?

Bernard Fusulier est membre de l’AISLF.

Voir chez l’éditeur

AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2021 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF