AISLF

Appels à contributions

Communication, « Écrire la recherche autrement : regards réflexifs et pratiques contrastées »

14 septembre 2020

Pour un numéro thématique coordonné par Karelle Arsenault, Karine Bellerive et Louis-Claude Paquin, la revue Communication lance un appel à contributions sur le thème : « Écrire la recherche autrement : regards réflexifs et pratiques contrastées ».

Date limite de proposition des contributions : 14 septembre 2020

Thématique
L’objectif de ce numéro thématique consiste à donner un aperçu des recherches francophones en communication dont l’écriture, la méthode ou le questionnement central se revendiquent de pratiques qui n’ont pas forcément de nom, sinon celui des écritures « créatives » ou « performatives », mais qui remettent en question ou s’attèlent à déconstruire les distinctions entre les différentes formes d’écriture instituées (scientifique, littéraire, créative).
Ce numéro thématique souhaite explorer les possibilités de réfléchir aux normes d’écriture afin de montrer comment les études en communication peuvent s’approprier des pratiques généralement cantonnées aux études littéraires ainsi qu’aux disciplines artistiques et, de fait, revendiquer une posture plus créative en recherche. L’appel se veut ouvert à des travaux empiriques autant qu’à des réflexions théoriques et propose, en ce sens, deux axes pour guider les autrices et auteurs : celles d’ordres épistémologique, théorique, éthique et politique, et celles d’ordre empirique et méthodologique.
- 1) Réflexions d’ordres épistémologique, théorique, éthique, politique
Le premier axe, d’inspiration foucaldienne (Foucault, 1976), renvoie aux questionnements et aux intentions qui sous-tendent l’adoption de pratiques d’écriture transgressives ou subversives par rapport aux contraintes normatives de l’écriture scientifique en communication. L’idée consiste notamment à montrer comment ces pratiques constituent des formes de résistance épistémologique face à l’héritage positiviste qui teinte toujours la recherche en sciences humaines et sociales : comment elles s’inscrivent dans les rapports de pouvoir qui modulent la production de connaissances ; comment elles ébranlent les « régimes de vérité » qui ont cours dans le monde social et, plus spécifiquement, dans le milieu de la recherche scientifique ; comment elles négocient les impératifs de rigueur scientifique. Les autrices et auteurs sont entre autres invités à témoigner des tensions et des dilemmes qui les marquent sur le plan éthique, tant en ce qui concerne l’élaboration que la diffusion et la circulation du savoir, de même qu’à explorer les enjeux (de genre, de classes, institutionnels, disciplinaires, économiques, politiques, etc.) auxquels ils sont confrontées. La question de la responsabilité de la chercheuse ou du chercheur et celle de l’inclusion de personnes et de groupes (Alcoff, 1991-1992) dans les processus de recherche pourront, par exemple, être abordées. En bref, il s’agira de réfléchir aux savoirs « autres » que les pratiques d’écriture transgressives ou subversives par rapport aux contraintes normatives de l’écriture scientifique en communication permettent de produire, aux « devenirs » (Deleuze, 1997) qu’elles génèrent. La place est libre (ou faite) pour accueillir les regards réflexifs et les récits d’engagements.
- 2) Réflexions d’ordres empirique et méthodologique
Si l’écriture sert en effet à communiquer la recherche, elle se veut aussi potentiellement déterminante de ce qui surviendra lorsque son geste est posé consciemment et lorsque la personne qui écrit sait qu’elle fait par-là bien plus que simplement aligner des mots. Dans ce contexte, le second axe de ce numéro thématique souhaite mettre de l’avant les recherches et les réflexions d’ordre méthodologique en communication où l’écriture est mobilisée comme outil de création et de transformation, comme lieu d’émergence des idées. Colyar écrivait ainsi : « because writing is generative » ; « because writing is a reflection of the rhetorical self » ; « because writing is sense making » ; « because writing is methodology » (2009 : 425, 429, 431, 432). Les articles soumis pourront par exemple présenter des résultats de recherche où l’écriture a été mobilisée pour produire des « données », où elle a structuré la méthode d’enquête ou d’analyse, où elle a servi d’outil de recherche. Ils pourront également examiner l’écriture en elle-même ou proposer des formes variées de texte de recherche, « non conventionnelles » : des récits autobiographiques, personnels, à la première personne, des récits coconstruits, polyvocaux, des récits de pratique, performatifs, des écrits de fiction, etc. Il s’agira ici d’observer ce qu’apporte la représentation performative lorsqu’elle s’oppose à la monstration ; de s’interroger sur ce que dit l’écriture, sur ce qu’elle fait ou peut faire, autrement dit sur ce qui advient lorsque les normes de la scientificité sont déconstruites ou remises en question par l’écriture ; de voir si le flou est forcément mauvais, si la subjectivité doit nécessairement s’effacer. La porte des expérimentations créatives est ici grande ouverte.

Modalités de soumission des propositions
Les propositions d’article doivent compter entre 1 200 à 1 500 mots (bibliographie non comprise). Elles présenteront le titre, la problématique, la méthodologie, incluant la base empirique utilisée, et les principaux résultats.
La proposition doit être anonyme. L’auteur indiquera ses nom, institution d’appartenance et coordonnées directement dans le courriel.
Merci d’envoyer vos propositions avant le 14 septembre 2020 par courrier électronique aux trois coordinateurs : Karelle Arsenault, Karine Bellerive et Louis-Claude Paquin.
La réception de chaque proposition donnera lieu à un accusé de réception par courriel.

Voir l’appel complet.


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2021 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF