AISLF

Appels à contributions

Genre, sexualité et société, « Intimités en institutions. Construire un espace à soi dans des lieux d’enfermement et de contrôle »

15 septembre 2020

Pour un dossier coordonné par Yaëlle Amsellem-Mainguy, Pauline Delage et Arthur Vuattoux, la revue Genre, sexualité et société lance un appel à contributions sur le thème « Intimités en institutions. Construire un espace à soi dans des lieux d’enfermement et de contrôle ».

Date limite de soumission des propositions : 15 septembre 2020

Thématique
Se pencher sur l’intimité dans les espaces d’enfermement doit permettre de poursuivre l’analyse de la manière dont un ensemble de normes, en particulier de genre et de sexualité, se déploient et sont reconfigurées par l’enfermement, mais aussi de mieux comprendre en quoi les rapports sociaux de race, de classe, de genre et de sexualité mais aussi d’âge, structurent les règles de gestion de l’intimité dans des lieux où les comportements individuels sont soumis à un regard constant et à des règles strictes. Cela permettra notamment de développer une analyse de l’arbitraire du pouvoir qui se joue parfois dans le fait d’accorder ou non une intimité aux individus, de sanctionner (ou d’autoriser implicitement) telle ou telle entorse aux règlements qui disciplinent les corps, l’intimité et la sexualité.
Ce dossier thématique propose un double élargissement de la focale d’analyse : de la prison aux espaces d’enfermement d’une part, de la sexualité à celle de l’intime d’autre part.
À titre indicatif, les contributions pourraient s’inscrire dans les axes suivants :
- 1. Comment se définit, se construit et se négocie le domaine de l’intime dans des espaces structurés par un fort contrôle ?
Le dossier propose en effet de comparer l’encadrement de l’intimité dans différents types de lieux, qui peuvent être envisagés comme des institutions totales (Goffman, 1968) au vu du fort degré de contrôle. Mixtes ou non-mixtes, ces lieux présentent des organisations spatiales et des fonctions différentes – le soin ou la sanction en particulier. À titre d’exemple, les articles pourront porter sur les casernes militaires, maisons de retraite, hôpital psychiatrique, hôpital, prison, centre éducatif fermé, centre d’hébergement et de réinsertion sociale, foyers, internat...
- 2. Comment construire un espace à soi ?
Outre les règles instituées, la gestion de ces espaces privés repose non seulement sur les marges de manœuvre que s’octroient les personnes sous contrôle, et qui sont régulées par l’encastrement des ordres institutionnel et social, mais aussi sur une négociation continue avec les pairs et les agents de contrôle. Examiner ce qui institue socialement et historiquement l’intimité permet de penser les tensions et rapports de pouvoir à l’œuvre dans les institutions. Des propositions analysant les interactions permettant de définir et de délimiter le périmètre intime dans les espaces d’enfermement seront bienvenues.

Les propositions d’articles se situeront au croisement des disciplines de sciences sociales – en particulier l’anthropologie, la sociologie, l’histoire et la géographie – pour proposer des regards différents sur la construction de ces règles, dans le temps et dans l’espace, leur incorporation par celles et ceux qui en sont la cible, leur contestation et les marges de manœuvre qui se dégagent tant pour celles et ceux chargés de les mettre en œuvre que pour celleux qui doivent s’y plier. Les contributions peuvent ne pas se limiter au contexte français. Tout en portant sur une problématique et un objet spécifique, les articles viendront à la fois contribuer à l’analyse des notions d’intimité et d’espace à soi et apporter par leur dimension empirique un apport original en sociologie des institutions et des trajectoires sociales. Autrement dit, avec ce numéro il s’agira d’analyser aussi bien le travail de gouvernement de l’intimité et de la sexualité par les institutions, que les rapports subjectifs des personnes en institution enfermante et contrôlante à l’intimité et à la sexualité.
Si le confinement et l’enfermement ont parfois été mis en équivalence dans les médias ou sur les réseaux sociaux, ce type de comparaison tend à occulter la spécificité de l’enfermement sur l’intimité. Ainsi, les propositions d’article abordant le confinement devraient chercher à souligner les effets de ce contexte sur des espaces d’enfermement.

Modalités de soumission des propositions
Nous considérerons avec intérêt les contributions de jeunes chercheur·e·s ou sur des objets relativement peu travaillés jusqu’alors.
Les résumés des propositions (3000 signes) sont à envoyer pour le 15 septembreYaelle Amsellem-Mainguy, Pauline Delage, Arthur Vuattoux et au secrétariat de la revue.
Les articles seront à envoyer pour le 1er janvier 2021. Les consignes aux auteurs sont en ligne.

Voir l’appel complet.


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 7.0 | © 2013-2021 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF