AISLF

Appels à communications

Risques et ressources du travail émotionnel : actualités, enjeux pour la prévention, perspectives théoriques et méthodologiques

Date limite de soumission : 10 janvier 2022

Cette manifestation scientifique se tiendra les 19 et 20 mai 2022 à l’Université Lyon 2 sur le campus des berges du Rhône dans la salle des colloques du Palais Hirsch.


Date limite de soumission des propositions : 10 janvier 2022

Thématique
Suivant un « tournant affectif » (Clough, Halley, 2007), qui s’opère depuis la fin du XXe siècle, les émotions se sont imposées comme objet de recherche dans les différentes disciplines qui composent les SHS. Celles qui étudient le travail reconnaissent le rôle essentiel que jouent les émotions, tant dans les dimensions managériales qu’opérationnelles. Le lien entre émotions et santé dans le travail est bien souligné (Fernandez et al, 2008), notamment par des disciplines et courants variés et complémentaires, comme l’ergonomie de langue française, la sociologie clinique du travail (Gaulejac, Hanique et Roche, 2007) et la clinique de l’activité (Clot, Lhuilier, 2010) ou encore la psychodynamique du travail (Dejours, 2011) et l’ergologie (Schwartz, 1997).

La sociologie marque un intérêt croissant pour cette question. Elle l’aborde notamment par le prisme du travail émotionnel (Hochschild, 1983), particulièrement observable dans le cadre des métiers de la relation (c’est-à-dire en contact avec un public). Suivant ce paradigme, il s’agit essentiellement de considérer le travail que réalisent les professionnels sur leurs états affectifs pour les rendre conformes à de multiples injonctions, que celles-ci émanent de leur hiérarchie, de leur collectif de travail, de leur public ou encore des normes sociales et des règles de sentiment. Hochschild scinde ainsi le travail émotionnel en deux types.

D’une part, le travail émotionnel (emotional work) renvoie à un travail d’ajustement ordinaire, habituel, réalisé par tout un chacun dans toutes les sphères sociales. D’autre part, le travail émotionnel est aussi un travail produit spécifiquement dans le cadre d’un emploi (emotional labor), dont l’archétype est le travail salarié dans le secteur des services. Dans la relation de travail auprès d’un public, ce travail émotionnel implique une marchandisation de ses émotions (Illouz, 2006), imposant notamment d’exprimer des états affectifs simulés et de réfréner sinon de cacher ses émotions ressenties. Cette dernière configuration, qui insiste sur l’aspect laborieux du travail, suggère très directement des liens entre émotions (contraintes ou contrôlées) et santé au travail. Toutefois, ces deux formes de travail ne sont pas exclusives l’une de l’autre, le travail émotionnel est toujours plus ou moins prescrit. En effet, la contrainte est prégnante quand le travailleur loue ou vend sa capacité affective contre son gré à celui qui l’emploie. Cependant, les compétences émotionnelles mobilisées s’ancrent nécessairement dans un ordre social et culturel normalisé, voire une culture affective (Déchaux, 2015).

La manifestation scientifique proposée souhaite donc discuter du travail émotionnel comme risque et ressource pour la santé au travail, prolongeant ainsi des travaux antérieurs réalisés sous l’égide du GIS GESTES. S’il s’agissait alors de reconnaître les concepts et la portée d’un cadrage théorique par les émotions pour saisir les risques, nous plaidons dès lors pour franchir une nouvelle étape en matière de santé et de sécurité au travail en affirmant la valeur du travail émotionnel pour la prévention des risques professionnels.

Pour aborder la thématique des ambivalences du travail émotionnel dans la compréhension des risques professionnels, nous proposons différents axes qui ne sont ni exhaustifs ni exclusifs les uns des autres. La proposition repose sur une volonté de traiter la thématique de la manifestation scientifique de façon multiscalaire, en abordant à la fois une perspective théorique de l’objet, en questionnant par la suite les rapports pratiques et en soulevant les enjeux méthodologiques.

  • Axe 1. Le travail émotionnel, un moyen de dépasser les exigences émotionnelles comme facteur de risques ?
  • Axe 2. Reconnaître le travail émotionnel pour la prévention des risques professionnels ?
  • Axe 3. Travail émotionnel et risques professionnels : méthodologies de recherche et d’intervention

Voir l’appel complet

Modalités de soumission des propositions
Les propositions de communication sont à transmettre au plus tard le 10 janvier 2022 à l’adresse suivante : Colloque.RRTE.Lyon2@gmail.com

D’une taille maximale de 2 500 signes espaces compris, l’intention devra comporter un titre et un résumé du contenu envisagé en indiquant clairement le(s) thème(s) qui sera(ont) traité(s) et la méthodologie mobilisée. Elle mentionnera également le statut et l’institution de rattachement de la personne.


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 8.0 | © 2013-2022 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF