AISLF
AISLF

La rubrique « Vient de paraître » annonce la publication de livres récents, dont les auteur·e·s sont membres de l'AISLF. À compter du 1er septembre 2018, cette rubrique est réservée aux adhérent·e·s à jour de cotisation (décision de Bureau de l'AISLF, novembre 2016).
Pour vérifier votre situation, rendez-vous dans l'Espace membres du site afin d'ouvrir votre compte personnel, si ce n'est déjà fait.

Vient de paraître

Émigrer en quête de dignité. Tunisiens entre désillusions et espoirs

Simon Mastrangelo

Simon Mastrangelo, Émigrer en quête de dignité. Tunisiens entre désillusions et espoirs, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, novembre 2019.

Ce livre permet de suivre le parcours de Tunisiens ayant vécu sans-papiers en Europe. Dépassant la question de la migration tunisienne, il combine observations ethnographiques sur le terrain et sur les médias sociaux pour réfléchir à des dynamiques qui existent à échelle plus large. Parmi celles-ci, le sentiment d’exclusion des jeunes issus de quartiers populaires et la radicalisation de leurs visions du monde, expression de leur frustration.
Visant à dépasser une approche purement factuelle de la migration non documentée (souvent qualifiée de « clandestine »), cette recherche prend en compte les représentations du monde et la subjectivité des individus.
Cela est rendu possible par l’analyse des imaginaires véhiculés sur Facebook et par des entretiens approfondis, fruit d’une lente mise en confiance. On capte ainsi des moments clé d’itinéraires migratoires, à la veille d’un départ, dans les rues d’une ville européenne ou après le retour au pays suite à une expulsion.
On découvre que les individus ne sont pas passifs mais jouent un rôle actif dans la formulation puis le développement de leur projet migratoire.
Deux aspects sont au centre de ce livre. On comprend comment les migrants donnent du sens à leur parcours (parfois traumatique), par exemple en leur conférant une tonalité héroïque ou une signification religieuse (maktoub), et comment ils gardent espoir face à l’avenir. On voit aussi comment ils revendiquent leur droit à s’exiler et à rejoindre le continent européen alors que les politiques migratoires s’y opposent.

Voir la présentation sur le site de l’éditeur

Simon Mastrangelo est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Les notaires en France. Des officiers de l’authentique entre héritage et modernité

Corinne Delmas

Corinne Delmas, Les notaires en France. Des officiers de l’authentique entre héritage et modernité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, novembre 2019.

Basé sur une enquête combinant divers modes d’investigation empirique (archives, analyse documentaire, statistiques, entretiens, observations…), cet ouvrage permet d’appréhender le métier de notaire au quotidien. Il présente leurs pratiques, évoque l’organisation de leur travail, les liens avec la clientèle et les professions proches, sans négliger les croyances et les valeurs de professionnels attachés à ce qui fonde l’identité collective : le pouvoir de produire une vérité officielle et incontestable, conféré par l’acte authentique. En proposant de dépasser les lieux communs généralement associés au notariat, ce livre révèle également combien, loin d’être figé, celui-ci a connu d’importantes transformations.

Corinne Delmas est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Les invisibilités barbares. Repenser l’intervention sociale

Didier Vrancken

Didier Vrancken, Les invisibilités barbares. Repenser l’intervention sociale, Liège, Presses Universitaires de Liège, janvier 2020.

En quelques décennies à peine, nous avons assisté à une curieuse inversion de sens : les personnes précarisées n’apparaissent plus seulement comme les plus vulnérables parmi les plus vulnérables, frappées par le sort et la malchance. Elles sont désormais perçues comme une véritable charge pour la société. Un peu partout en Europe, des voix s’élèvent pour ne plus « payer » pour ces personnes tant elles leurs apparaissent incapables de produire les efforts nécessaires pour s’intégrer au marché de l’emploi, aux valeurs et à la culture des autochtones. Montée des inquiétudes, repli identitaire, peur de l’autre, émergence de véritables démagogues autoritaires, montée des populismes. Comment en sommes-nous arrivés là ? Que s’est-il produit pour que nous assistions aujourd’hui au rejet de ces publics, ces nouveaux « barbares », allant jusqu’à les invisibiliser, alors qu’ils sont parmi nous, au cœur même de la cité ?

Didier Vrancken est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Travailler dans une école. Sociologie du travail dans les établissements scolaires en Suisse romande

Héloïse Durler et Philippe Losego (dir.)

Héloïse Durler et Philippe Losego (dir.), Travailler dans une école. Sociologie du travail dans les établissements scolaires en Suisse romande, Neuchâtel, Alphil, octobre 2019.

Jeudi 27 mai, fin d’après-midi, vous poussez la lourde porte d’un bâtiment ancien. Une vague odeur de naphtaline, de pierre et de carton. Vous cherchez le bureau du directeur, lieu dans lequel votre rendez-vous est prévu, pour évoquer la scolarité de votre fils. Secrétaires, infirmière, logopédiste, doyenne, enseignant « ordinaire » et « spécialisé », psychologue, concierge… Vous allez ce jour-là croiser un nombre impressionnant de personnes travaillant dans l’établissement scolaire. En quoi consiste leur travail quotidien ? Comment organisent-elles leurs activités, au jour le jour ? Comment leurs tâches s’articulent-elles entre elles ?
L’ambition de cet ouvrage collectif est de décrire le travail, souvent méconnu et parfois invisible, réalisé par ces divers professionnels au sein des établissements scolaires. Il propose des entrées diversifiées sur le travail à l’école, abordant tout autant l’insertion professionnelle, le travail des enseignants, des élèves, des infirmières, des psychologues, des directeurs, des parents ou encore des concierges, afin de donner un aperçu de l’évolution, des divisions et des contradictions qui caractérisent le « travail pédagogique » dans son ensemble.
Avec une volonté de dépasser les oppositions préconstruites, notamment celle entre « travail prescrit » et « travail réel », le livre traite des multiples ajustements auxquels les individus ont recours dans leur quotidien. Il révèle leurs pratiques ordinaires, tout en rendant compte des variations normatives et des diverses prescriptions qui leur sont adressées, à l’intérieur comme hors des murs de l’école.

L’ouvrage est en libre accès en ligne.

Philippe Losego est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Vieillir en société. Une pluralité de regards sociologiques

Françoise Le Borgne-Uguen, Florence Douguet, Guillaume Fernandez, Nicole Roux, Geneviève Cresson (dir.)

Françoise Le Borgne-Uguen, Florence Douguet, Guillaume Fernandez, Nicole Roux, Geneviève Cresson (dir.), Vieillir en société. Une pluralité de regards sociologiques, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, octobre 2019.

Comment rendre compte de la pluralité des expériences du vieillir, de leur transformation et des manières dont nos sociétés en régulent les tensions, sinon en les replaçant dans leurs contextes et leurs dynamiques sociales ? Dans le prolongement des analyses de Simone Pennec à l’université de Bretagne Occidentale (Brest) et à partir d’objets et de terrains d’études variés en France principalement, et aussi en Belgique, au Brésil, au Canada, en Suisse, au Mexique, cet ouvrage analyse les manières dont les individus articulent leurs différents engagements au cours de la vie. Il montre comment certaines manières d’avancer en âge peuvent être soutenues ou au contraire déqualifiées.
Les quatre parties de l’ouvrage rendent compte des effets des catégorisations des politiques publiques, de la participation des personnes vieillissantes aux différents espaces sociaux, du statut et des expériences des personnes et de leur entourage face aux transformations liées au vieillissement et du travail de soin, de la diversité de ses contextes, de ses registres et de ses acteurs.
Cet ouvrage est destiné à des enseignants, des étudiants et des chercheurs en sciences sociales, à des praticiens de l’intervention sociale et des professionnels de santé, comme à l’ensemble des acteurs professionnels, politiques, militants ou citoyens concernés.

Françoise Le Borgne-Uguen, Florence Douguet, Guillaume Fernandez et Geneviève Cresson sont membres de l’AISLF.

Vient de paraître

Sociologie clinique contre les diverses exploitations humaines

Jean-Marie Lange

Jean-Marie Lange, Sociologie clinique contre les diverses exploitations humaines. Pour une introduction à la psychologie sociale anti-libérale, Paris, l’Harmattan, novembre 2019.

« La loi morale et l’autodétermination émanant de notre volonté », écrivait le philosophe Kant. Mais où sont les vertus qualitatives de l’homme postmoderne dans notre société de consumérisme ultralibérale et uniquement quantitatives ? Quel est l’espace de citoyenneté encore disponible, malgré les GAFA, les « enfumages politiques » et l’accentuation des violences répressives des pouvoirs ? Les gouvernants méprisent les votants de façon ultra cynique et sont les chiens de garde de ce néo-capitalisme devenu une pensée unique mondiale de l’argent.

Jean-Marie Lange est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Les théories du travail. Les classiques

Daniel Mercure, Jan Spurk

Daniel Mercure, Jan Spurk, Les théories du travail. Les classiques, Québec, Presses de l’Université Laval, septembre 2019.

Ce livre présente et analyse les théories et les conceptions classiques du travail qui ont accompagné l’émergence des sociétés occidentales et marqué nos manières de penser et de vivre le travail. Spécialistes internationaux dans le domaine, les auteurs se penchent d’abord sur le sens du travail chez les philosophes de l’Antiquité, puis chez saint Augustin, Luther, Calvin, les puritains anglais et, évidemment, Hegel. Par la suite, ils revisitent les grandes analyses du monde du travail en économie politique et en sociologie, notamment chez Smith, Proudhon, Fourrier, Durkheim, Weber et Marx. Enfin, les auteurs traitent de tendances plus récentes, notamment celles de la « convergence », depuis le trade-unionisme chez les Webb en Grande-Bretagne jusqu’à l’approche institutionnelle du travail chez Commons aux États-Unis.

Daniel Mercure et Jan Spurk sont membres de l’AISLF.

Vient de paraître

Dans la fabrique des transitions écologiques. Permanence et changements

Geoffrey Carrère, Camille Dumat et Marie-Christine Zélem (dir.)

Geoffrey Carrère, Camille Dumat et Marie-Christine Zélem (dir.), Dans la fabrique des transitions écologiques. Permanence et changements, Paris, L’Harmattan, octobre 2019.

Cet ouvrage explore et propose des analyses de processus parfois compliqués qui affectent les métiers et le gouvernement des collectifs. De quelle manière l’environnement bouscule-t-il les collectifs humains ? Comment certaines professions (agriculteurs, acteurs du tourisme, professions médicales) se remettent-elles en question pour tenir compte de l’environnement ? Quelles dynamiques de collectifs, de citoyens ou de territoires œuvrent pour entrer en transition (agriculture urbaine, coopératives énergétiques, territoires en transition, offre locale de tourisme, mouvement de sobriété heureuse) ? Quels imaginaires habitent ces collectifs et conduisent les scientifiques eux-mêmes à questionner leurs postures et collaborations ?

Geoffrey Carrère et Marie-Christine Zélem sont membres de l’AISLF.

Vient de paraître

Sociologues et économistes face à la demande de savoirs : Participation et contournements

Maryse Bresson, Jean Cartier-Bresson et Monique Hirschhorn (dir.)

Maryse Bresson, Jean Cartier-Bresson et Monique Hirschhorn (dir.), Sociologues et économistes face à la demande de savoirs : Participation et contournements, Actes de la MSH Paris-Saclay, novembre 2019.

Issus de deux événements soutenus par la MSH Paris-Saclay, ce nouveau numéro des Actes publiés par la MSH met en avant des communications réalisées lors du Colloque international « Ce que la demande sociale fait aux sciences sociales » – (15-16/02/2018 ) et de la Journée d’études « Action collective et action publique » (20 avril 2017).

En dépit des doutes quant à l’utilité et ou la pertinence d’une partie des savoirs qu’ils produisent, les chercheurs en sciences sociales sont confrontés à une demande plurielle. D’abord celle des pouvoirs publics qui, afin d’éclairer l’action publique, mettent en place des instances comme, depuis les années 1980-1990, les programmes cadres de recherche et développement européens, des programmes nationaux comme ceux de l’Agence Nationale pour la recherche (ANR) en France, avec des objectifs aussi divers que de contribuer à l’innovation (industrielle, environnementale, sociale…), d’aider à répondre aux besoins sociaux (liés au vieillissement, au handicap, à la lutte contre la pauvreté) ou encore, de contribuer à des objectifs de compétitivité internationale, de mobilité, de développement territorial, de participation…. Ensuite, la demande du secteur privé, des associations, de groupes constitués. Enfin la demande, plus diffuse et relayée par les médias, des citoyens eux-mêmes, de décrire et d’expliquer des phénomènes sociaux, politiques et économiques. On peut y ajouter la demande interne, émanant des chercheurs, de leur désir d’arriver à saisir des phénomènes dont la signification leur échappe. Il s’agit donc d’une demande plurielle, et protéiforme de savoirs qui ne mobilise pas d’ailleurs seulement l’activité proprement dite de recherche, productrice de données et d’analyses mais fait souvent appel à l’évaluation, l’expertise, voire la vulgarisation.

Voir le sommaire et télécharger l’ouvrage en ligne

Maryse Bresson et Monique Hirschhorn sont membres de l’AISLF.

Vient de paraître

La conversion des corps. Bouger pour être sain

Gilles Vieille Marchiset

Gilles Vieille Marchiset, La conversion des corps. Bouger pour être sain, Paris, L’Harmattan, novembre 2019.

Faire du sport pour être en bonne santé, se mettre en mouvement pour mieux vivre, bouger pour être sain : tel est un nouveau credo diffusé à différentes échelles, internationales, mais aussi locales. Cet ouvrage propose une analyse de la fabrique et de la diffusion de ce récit santéiste dans le cadre d’une socio-anthropologie critique et morale.
Dans cette perspective, cette injonction normative à la pratique physique régulière et raisonnée est analysée comme une conversion des corps, menée par des entrepreneurs de bien-être corporel.
Toutefois, les usagers ciblés, notamment les milieux populaires, ignorent, résistent ou adaptent ces normes corporelles en rupture avec leurs manières de vivre leur corps au quotidien.
Cette entreprise de conversion des corps est-elle totale ou partielle, subite ou progressive, collective ou personnelle, religieuse ou profane, morale ou politique ?

Gilles Vieille Marchiset est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Book Haram, sortir de l’impasse

Ahmat Yacoub Dabio

Ahmat Yacoub Dabio, Book Haram, sortir de l’impasse, Riga, Éditions Universitaires Européennes, novembre 2019.

Cet ouvrage propose une cartographie des désengagés ex-combattants de Boko Haram à partir des résultats d’une mission de chercheurs diligentée par le CEDPE fin mars et début avril 2018 ayant recensé 2200 désengagés.
À partir de ces résultats, il a été possible de produire les premières données sur la typologie et les parcours sociaux de cette catégorie de personnes associées à l’extrémisme.
Une seconde mission de profiling de 2544 désengagés de Boko Haram aura lieu en janvier 2020.

Ahmat Yacoub Dabio est membre de l’AISLF.

Vient de paraître

Tiers-lieux. Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…

Diane-Gabrielle Tremblay

Gerhard Krauss et Diane-Gabrielle Tremblay (dir.), Tiers-lieux. Travailler et entreprendre sur les territoires : espaces de coworking, fablabs, hacklabs…, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, octobre 2019.

Épiphénomènes d’une mutation sociétale, fruits de l’économie numérique, les tiers-lieux interpellent les décideurs publics territoriaux sur l’attitude à adopter, de l’intérêt bienveillant à une tutelle complète. Ce livre présente un matériau empirique original sur cette réalité émergente, encore mal connue. Il pose de nouvelles questions, encore peu traitées dans la littérature, en s’intéressant à la trajectoire sociale des fondateurs d’espaces de coworking, aux nouvelles manières des jeunes générations de travailleurs du numérique de conjuguer leurs aspirations de liberté et d’épanouissement dans les domaines professionnel et privé, ainsi qu’à leurs nouveaux rapports à la collaboration, au travail, au territoire, à la mobilité et aux questions écologiques.

En coédition avec les Presses de l’université du Québec.

Diane-Gabrielle Tremblay est membre de l’AISLF.


AISLF site version 7.0 | © 2013-2020 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF